LES ATOUTS DES PORTS FRANÇAIS

 

Une façade maritime exceptionnelle et une position idéale pour desservir rapidement le grand ouest européen.

Un système de grands ports maritimes central en Europe et très bien relié  aux grandes voies routières, autoroutières et ferroviaires ainsi qu’aux principales voies navigables (Seine, Rhône).

Un réseau de ports décentralisés qui sont autant d’atouts au service du développement économique régional et complémentaires du réseau des grands ports maritimes ;

Une position géographique stratégique pour accueillir la production et la distribution de marchandises importées ou exportées par l’Europe :

  • Sur la façade Manche-Mer du Nord, Le Havre ouvre la porte de « l’axe Seine » avec Rouen et Paris, grâce au GIE HAROPA Ports de Paris Seine-Normandie et fait partie avec Calais et Dunkerque des premiers grands ports Nord-européens rencontrés à l'import.
  • Sur la façade Atlantique, les grands ports maritimes de Nantes - Saint-Nazaire, La Rochelle et Bordeaux constituent des portes d'entrée pour les grands flux internationaux. Ils sont désormais organisés en une coopération interportuaire Atlantique. Brest tient également ce rôle de port généraliste tout en étant le 1er site français de réparation navale civile.
  • Sur la mer Méditerranée, Marseille-Fos, premier port de France et de Méditerranée, est situé à un important carrefour commercial et joue avec Medlink le rôle de « gateway » méditerranéenne.
  • Les ports français d'outre-mer dans l'océan Indien, en Polynésie, en Nouvelle-Calédonie, aux Caraïbes et en Amérique du Sud constituent des portes d'entrée de l’UE aidés en cela par les clusters ultramarins qui s’y développent : quatre d’entre eux, ceux de Martinique, de Guadeloupe, de Guyane et de La Réunion  ont été transformés en 2013 en grands ports maritimes.

A cela s’ajoutent :

  • une accessibilité nautique exceptionnelle leur permettant de recevoir pour les hubs les plus grands navires, comme les porte-conteneurs de 18 000 EVP, les grands pétroliers de 400 000 tonnes ou encore les grands méthaniers de 270 000 m3 (QMax) ainsi que les paquebots de croisière tête de ligne les plus imposants
  • des infrastructures de qualité, tant au niveau des postes à quai que des terminaux
  • des équipements modernes et performants,
  • des réserves foncières encore disponibles,
  • des surfaces aménagées réservées à l’accueil d’activités logistiques de stockage et de distribution,
  • une interconnexion des lignes maritimes régulières et des services de cabotage côtier ou de desserte fluviale
  • des services de transports terrestres routiers ou massifiés (chemin de fer, voies navigables) performants
  • des communautés portuaires dynamiques avec des entreprises performantes, qu’il s’agisse de service au navire (pilotage, remorquage et lamanage)  ou de service à la marchandise,
  • des plates-formes informatiques d'échanges très avancées au sein des communautés portuaires, rendant efficaces les services logistiques à haute-valeur ajoutée, qui se préparent à mettre au point des guichets uniques électroniques pour chaque place portuaire pour se conformer à la directive européenne relative au guichet unique portuaire
  • des exigences élevées de sécurité, de sûreté, de durabilité et de respect de l’environnement.